Accueil arrow Témoignages
Les témoignages Version imprimable Suggérer par mail
 
Vous trouverez ici plusieurs témoignages d’anciens diplômés du cours de TACH.

Pierre-David Beaudry

 

La décision de m’expatrier loin de chez moi lorsque je venais tout juste d’avoir 18 ans ne fut pas facile, mais elle s’avéra la meilleure que j’ai prise jusqu'à maintenant.


Le cours de T.A.C.H fut pour moi une expérience très enrichissante autant sur le plan social que sur le plan éducatif. Au début, lorsqu’on s’éloigne autant de chez soi, la question des relations sociales est très importante, puisque nous sommes habitués au même cercle d’amis depuis très longtemps. Nous nous dirigeons vers un endroit qui nous est totalement inconnu, ce qui peut être en quelque sorte épeurant pour certain. Cependant, les gens qui se dirigent en T.A.C.H ont plusieurs points en commun ; ils viennent pratiquement tous de l’extérieur de la région et ils adorent le plein air, la chasse et la pêche. Grâce à cela, un cercle d’amis et un esprit quasiment familial se créent rapidement. De plus, les initiations traditionnelles en T.A.C.H, faites dans le respect de la personne, viennent accélérer le processus d’intégration.


Doré de 11lbs

Esturgeon

Ha oui, j’oubliais les cours !! Ils sont tous très bien structurés et ils évoluent d’année en année pour suivre les divers champs d’activités du marché de l’emploi dans ce domaine. De plus, plusieurs cours contiennent une quantité importante de travaux de terrain. Ceci, permet de mieux absorber et de mieux comprendre l’utilité de la matière vue en classe. Les travaux pratiques sont toujours bien encadrés et souvent structurés sous forme de projet. Toutes ces activités de terrain contribuent à rendre le technicien diplômé polyvalent et lui donnent une vision plus globale pour aborder divers problèmes ou projets auxquels il aura à faire face dans sa future vie professionnelle.

De plus, le fait que nous obtenions notre diplôme à la mi-avril facilite grandement la recherche d’emploi. Cela donne un avantage certain sur les autres techniques du même domaine  lorsque les finissants doivent faire un stage à la fin de leurs études.

L’année de ma graduation, j’ai obtenu un emploi comme technicien de la faune dans le regroupement des ZECs de Lanaudière où j’ai effectué des travaux d’aménagements fauniques et suivi un projet expérimental d’ensemencement d’omble de fontaine de souche Rupert. Puis à l’hiver, j’ai travaillé pour le ministère (MRNF) comme technicien de la faune, cette fois j’étais amené à établir les quotas de chasse et de pêche pour les réserves fauniques et les ZECs de la Mauricie (l’année suivante tout les stocks ont chuté drastiquement (joke !!)) Présentement, j’entame ma cinquième année pour la firme de consultant Environnement Illimité Inc. à titre de technicien de la faune. Cette firme spécialisée dans le milieu aquatique me permet de voyager un peu partout au Québec et dans des régions éloignées tel le Nunavik, le Labrador, la Baie James, le nord du Manitoba, mais aussi en Ontario, aux Etats-Unis et peut-être même bientôt en Afrique. Je travaille beaucoup sur des études d’impacts d’envergure tels des aménagements hydroélectriques, des pipe-lines, des aménagements portuaires etc. Dans le cadre de ces divers projets, j’ai réalisé les activités suivantes :

  • reproduction artificielle de l’esturgeon jaune et élevage des larves jusqu'à 10 cm ;
  • localisation, caractérisation et évaluation de potentiel de frayères de diverses espèces telles le grand corégone, l’omble de fontaine, le touladi, le doré jaune, l’achigan, l’esturgeon jaune et plusieurs autres espèces moins connues ;
  • inventaire ichtyologique avec senne, pêche électrique portative et haut voltage, filet maillant, trappe Alaska, verveux, filet de dérive larvaire et traditionnel, troubleau etc. ;
  • implantation d’émetteurs externes et internes pour le suivi télémétrique de diverses espèces de poissons ;
  • prélèvement de structures osseuses et lecture de ces structures pour diverses espèces de poissons ;
  • identification de cyprinidés,  de larves de poisson, de benthos et de contenus stomacaux de poissons ;
  • assemblage d’une collection de cyprins conservés ;
  • préparation de diverses solutions de laboratoire ;
  • supervision du suivi de frayères aménagées multispécifiques dans des rivières d’importance ;
  • relever des émissions de gaz à effet de serre sur l’ensemble des réservoirs du complexe La Grande et des lacs témoins aux alentours ;
  • supervision environnementale lors de travaux comme la construction de ponts.
  • prélèvement de sédiments à l’aide de carottier ou de benne ;
  • qualité de l’eau;
  • courantométrie et jaugeage de rivière, méthode traditionnelle et doppler ;
  • bathymétrie avec GPS RTK ;
  • nivelage et relevé technique avec GPS RTK ;
  • installation et relevé de divers mouillages (marégraphes, dopplers, collecteurs à sédiments) ;
  • aide à la rédaction des rapports, construction de tableaux et de figures sur Excel .

Grâce au programme de T.A.C.H.,  je fais présentement la vie dont j’ai toujours rêvé et en plus, je gagne très bien ma vie. Les connaissances acquises durant cette formation m’ont mené tout droit vers un emploi passionnant, mais c’est la débrouillardise que j’ai développée durant  ces trois années d’études et de plaisir, qui m’a permis de le conserver!

Pierre-David Beaudry (Meunier)
Fièrement T.A.C.H

Retour en haut de page


Anne-Marie Pratte

 

Le métier de technicienne de la faune est rempli de défis. Ce qui nous distingue des autres concentrations est surtout notre expérience pratique du métier et la diversité des cours qui nous  sont  offerts. De plus, nous avons un grand sentiment d’appartenance qui se développe au cours des 3 années passées au Cegep de Baie-Comeau.

J’ai commencé dans le métier par des stages. L’un deux consistait à faire l’inventaire de chauve-souris en collaboration avec le Biodôme de Montréal et le second consistait à participer à l’étude du saumon atlantique sur la Rivière Baie-Trinité.

Immédiatement après l'obtention de mon D.E.C., je fus engagée par la Zec des Nymphes dans la région de Lanaudière. J’y ai fait l'aménagement de frayères, la caractérisation de rivières, des pêches électriques pour le transfert de fretins, des diagnoses ichthyologiques, etc.


Anne-Marie

Une autre opportunité m'a été offerte pour la Réserve Écologique de la Serpentine de Coleraine. J'étais en charge de l'élaboration d’un programme éducatif  pour la réserve. De plus, j’aidû planifier et réaliser l'aménagements de sentiers pédestres avec l’aide de manoeuvres. Par la suite, j’ai travaillé sur un projet de recherche sur la tortue des bois et j’ai fait de l’inventaire forestier pour le Ministère des Ressources Naturelles, sous la supervision d’une firmed’experts conseils.

Maintenant, j’ai un poste permanent pour la Zec Wessonneau dans la région de la Mauricie comme technicienne de la faune et gestionnaire de Zec. Notre mandat consiste à protéger le territoire, tout en le rendant le plus accessible possible et en y assurant une expérience de qualité. Pour ce faire, nous devons aménager des accès publics pour différents plans d`eau et entretenir les chemins forestiers. J’effectue des études sur plusieurs lacs afin de trouver une solution pour augmenter leur potentiel halieutique. Ces solutions passent par l’aménagement du lac et ses affluents, jusqu’à l’ensemencement. Je planifie les quotas de pêche et de chasse en collaboration avec le Ministère des Ressourcesn aturelle et de la Faune. Nous devons aussi discuter avec les compagnies forestières de leurs méthodes et leurs périodes de coupe, afin de protéger différents secteurs comme les lacs aménagés, les ravages d’orignaux et les endroits plus fréquentés par nos villégiateurs. Nous devons afficher aussi une présence constante sur tout le territoire en tant que gardien de territoire ou assistant à la protection de la faune.

Le cours de technicienne en aménagement cynégétique et halieutique m’a fait  côtoyer des gens très différents et très intéressants, ce qui m’a permis d’approfondir mes connaissances afin de réaliser de beaux et grands défis auxquels je n’aurais jamais pensé.

Anne-Marie Pratte
Finissante de 2004.

Retour en haut de page

Martin Poisson


Bonjour à tous ! (Professeurs et étudiants)

Chasse aux canardsJe me nomme Martin Poisson, finissant du cours de TACH de la promotion 1985 et propriétaire de la Pourvoirie Destination Le Mirage Enr., spécialisée dans la chasse aux oiseaux migrateurs et située dans la région de Victoriaville, au centre du Québec.

Crée en 1999, ma pourvoirie se spécialise dans la vente de forfait de chasse à l’Oie des Neiges et de Bernache du Canada et ce, en milieu périurbain. Tous les forfaits vendus sont de type guidés, en champ ou en lac. De plus, la phase 2 de développement de la pourvoirie s’amorce cette année avec le développement de forfaits en plans américains, européens et autoguidés pour le chevreuil dans les zones 4, 6 et 7. La beauté de l’affaire, nous serons en mesure d’offrir des forfaits combos de chasse au chevreuil et aux migrateurs dans un seul et même package….EXCLUSIF.

PêcheL’objectif premier est de faire connaître à nos voisins du sud le grand potentiel cynégétique du Québec continental pour la chasse au Cerf de Virginie trophée et tenter de mettre en place des structures d’exploitation efficaces et rentables qui permettront la reconnaissance du Québec comme une des destinations de choix  à prioriser au Canada. L’approche QDM étant retenue, nous serons en mesure d’offrir d’ici 3 ans, un produit a valeur ajoutée pour du gibier trophée et ainsi se comparer sans gêne avec le potentiel similaire qui se retrouve dans les provinces de l’Ouest.

De plus, je voudrais remercier le programme de TACH, les profs retraités et toujours en fonction (Les Normand Mondor, Serge R. Bisaillon, Yves Rouillard…etc.) pour les connaissances et le bon temps passé entre 1982 et 1985 et surtout VOUS ENCOURAGER À POURSUIVRE VOTRE BON TRAVAIL…

Au plaisir !

Martin Poisson, TACH.

Retour en haut de page

Louis-Philippe Supper


Depuis mon entrée en TACH en 1996, la protection de l’environnement, de la faune et de la flore sous tous leurs aspects, occupe une place de plus en plus importante. C’est la principale raison pour laquelle à l’époque, j’ai choisi  ce champ d’étude. Je recherchais d’abord une formation complète et de niveau collégial, dans un domaine qui s’inspire de la passion. Le programme qu’offrait le cégep de Baie-Comeau correspondait exactement à mes attentes.
Neige
Marsouin

Le programme en TACH est reconnu pour la qualité de son enseignement, autant théorique que pratique. La particularité de ce programme vient, selon moi, de l’importance qui est accordée à l’apprentissage sur le terrain et ce, dès la première année de formation.
Aussi, le milieu de vie qu’offre le Cégep de Baie-Comeau est très important. Que ce soit par des événements sportifs, culturels ousociaux, il y a énormément de possibilités pour faciliter l’intégration et l’implication de chacun de nous. La majorité des étudiants inscrits dans ce programme venant de l’extérieur, cela apporte une camaraderie et un attachement démesuré.

Assurément, il faut s’attendre à travailler fort pour atteindre les objectifs fixés. Que ce soit pendant les études ou après. Pour ma part, après l’obtention de mon diplôme, j’ai occupé quelques emplois connexes (souvent saisonniers) qui  m'ont permis d’atteindre mon but. Le premier étant pompier forestier durant quelques années, à travers quoi j’ai travaillé au CERM (Centre d’Études et de Recherche Manicouagan). Aussi, j’ai travaillé comme gestionnaire en pourvoirie (gestion de personnel, projets d’aménagement de frayère et aussi faunique, guide de chasse et pêche, etc). Par la suite, j’ai occupé un poste d’agent de protection de la faune (Côte-nord, Anticosti, Baie-James). Finalement, depuis maintenant trois ans, je travaille comme agent des pêches pour le ministère des Pêches et des Océans Canada. Ce dernier m’amène à travailler dans plusieurs régions, que ce soit pour la pêche au homard sur Anticosti, la chasse au phoque au Îles de la Madeleine, la pêche au poisson de fond sur le fjord du Saguenay ou la cueillette de Myes à Baie-Comeau.  Ce travail m’apporte incontestablement une satisfaction grandissante. Chacune de mes expériences m'a d’ailleurs apporté de la satisfaction, parfois après coup mais….Aujourd’hui, je sais qu’avec une formation en TACH un peu d’orgueil et de la volonté, on peut réussir bien des choses.

Louis-Philippe Supper

Cage

Retour en haut de page


Sébastien Fortin

 

Bonjour à tous ceux et celles qui auront été assez curieux pour se demander ce que signifiaient les termes cynégétique et halieutique.

Je me suis posé la même question à une certaine époque et aujourd’hui je suis propriétaire d’une petite entreprise dans le domaine de la chasse, de la pêche et du plein air. Je m’appelle Sébastien«Gratton» Fortin et j’ai suivi le D.E.C. en
Techniques d’aménagement cynégétique et halieutique de 2000 à 2003. Au cours de cette période, je n’ai travaillé qu’un été dans le domaine et ce fût pour le contrôle des insectes piqueurs. Bien qu’il s’agisse d’un travail très exigeant, il m’a permis de renforcer ma position par rapport à la nature. «C’est une richesse trop importante pour disparaître avec les souvenirs de nos ancêtres. » Je voulais transmettre mon savoir, aussi modeste soit-il.

Aujourd’hui, je suis biologiste et technicien en aménagement de la faune. Après deux années à l’emploi de la réserve faunique Duchénier, j’ai décidé de prendre les moyens qu’il fallait pour faire découvrir la faune et la flore à une autre génération. Moi et un autre T.A.C.H. surnommé«Youppi» , avons mis sur pied notre propre entreprise : l’Aventure FortCast. Il s’agit d’un centre offrant la possibilité devivre des expériences de chasse, de pêche et de plein air accompagné d’experts dans le domaine. Les services sont offerts dans les écoles et dans le domaine des camps de vacances, ce qui nous permet de faire découvrir ces activités à la relève et de leur transmettre notre passion pour la nature. Nous effectuons aussi quelques travaux d’aménagement pour des clients, des amis ou nous-mêmes, puisqu’il s’agit du plus beau métier du monde.

Démarrer sa propre entreprise demande beaucoup d’organisation et un vaste éventail de connaissances. C’est à ce niveau que le cours de T.A.C.H. m’a beaucoup apporté. En plus de me fournir des outils très importants pour la réussite de mon baccalauréat, mon D.E.C. m’a permis d’explorer plusieurs disciplines gravitant autour de l’aménagement de la faune. Je crois personnellement qu’il s’agit d’une des forces du programme puisqu’un diplômé en T.A.C.H. aura expérimenté des disciplines aussi variées qu’indispensables. De la botanique à la mécanique ou de la construction à la rédaction, la formation en aménagement ne devrait jamais mettre de côté les outils de travail que l’on acquiert au cours de notre cheminement.

J’ai mentionné que le D.E.C. permettait d’explorer mais encore plus important, il permet d’expérimenter. Selon moi, l’application des techniques sur le terrain vaut plus que n’importe quel enseignement magistral (même si les profs de T.A.C.H. sont les meilleurs J) et c’est ce qui distingue les diplômés de Baie-Comeau par rapport à ceux d’ailleurs au Québec. Vous avez la chance de posséder un des rares centres d’étude et de recherche au Québec et il contribue grandement à former des techniciens de qualité. Pour ma part, je retiendrai de mon passage à Baie-Comeau un sincère sentiment d’appartenance à une équipe de professionnels formés dans une atmosphère familiale facilitant cepassage obligé.
En conclusion, n’oubliez pas que la faune et la flore deviennent des enjeux de taille à une époque où les défis à relever sont des plus stimulants. En participant à la formation de la relève, je contribue à ma façon à transmettre les notions de mise en valeur et de conservation de la faune et de la flore. Peu importe le moyen que vous choisirez, je suis heureux de voir que le domaine qui me passionne continue d’intéresser les québécois.

Sébastien Fortin
Aventure FortCast
www.fortcast.ca

P.S. Un autre élément inoubliable du programme de T.A.C.H. est sans aucun doute la vie trépidante de l’univers collégial. Je crois que Baie-Comeau est un coin de pays merveilleux à découvrir, on doit simplement le faire… avec modération!

Retour en haut de page

Tommy Castegan

 


Bonjour,

Je suis un finissant en TACH de 2002 et présentement en démarrage d’entreprise dans le domaine. Nous sommes Aventure FortCast qui s’est donné comme mission d’initier les gens à la chasse, à la pêche et au plein air. Le programme TACH m’a beaucoup aidé dans mon cheminement car les cours de botanique, mammalogie, ichtyologie, aménagement de la faune aquatique, etc. ont été utiles tout au long des mes expériences de travail.

Ma formation m’a permis de travailler pour le gouvernement au  niveau du MRNF à la fin des mes études collégiales. J’ai pu mettre mes connaissances à l’œuvre dès le départ car la pêche expérimentale, la caractérisation de cours d’eau et la fraie artificielle faisaient partie de mon travail. Par la suite, je me suis dirigé vers la Société des établissements de plein du Québec, à Papineau-Labelle (Outaouais) où la rédaction de rapports, l’aménagement aquatique, l’ensemencement et la diagnose ichthyologique étaient chose courante. J’avais eu la chance, lors de ma formation, d’apprendre les rudiments de mes tâches et je n’ai seulement eu qu’à peaufiner mes techniques et à bénéficier de l’expérience de mes employeurs.

Par la suite, mon chemin s’est poursuivi à Rimouski à la Réserve faunique de Duchénier en tant que coordonnateur faunique. Mon mandat était de m’occuper de tout ce qui touche le domaine faunique. Donc, l’ensemble de mes connaissances était mis à l’épreuve tant au niveau faunique qu’administratif (comptabilité). Nous pouvons comparer une partie de mon travail aux travaux pratiques du programme de T.A.C.H. car je devais préparer et exécuter le travail de la demande de subvention à la rédaction de rapport. La gestion de personnel et le travail d’équipe étaient très importants pour l’atteinte de mes objectifs.

Pour terminer, je suis mon propre employeur et j’ai la chance de travailler dans le domaine faunique car notre entreprise touche à plusieurs sphères du domaine cynégétique et halieutique. Nous faisons encore de l’aménagement aquatique, de l’inventaire faunique et floristique en plus de tout ce qui touche l’initiation des gens au niveau de la chasse, de la pêche et du plein air.


Tommy


Étudier en TACH fut une expérience inoubliable pour ma carrière et une expérience de vie des plus enrichissante. Je remercie tous mes professeurs de m’avoir fait découvrir un métier exceptionnel. Il y a maintenant 5 ans que je travaille dans le domaine et chaque jour est un jour inoubliable car j’ai la chance de faire ce que j’aime.
 Alias Youppy

Retour en haut de page

Laurent Fraboulet

 

Bonjour,

Je me nomme Laurent Fraboulet, je suis originaire de Saint-Malo en Bretagne. Mon immersion totale au début de mes études au Québec fut largement allégée par le soutien des professeurs et de l'équipe administrative du cégep de Baie-Comeau. La formation en Techniques d’aménagement cynégétique et halieutique permet au futur technicien de  déposer sa candidature dans n'importe quel domaine en relation avec la faune et la flore. Elle donne la possibilité d'harmoniser les connaissances techniques, les connaissances pratiques et les manipulations de certaines espèces avec le milieu scientifique (prise de données). Elle familiarise aussi l'étudiant aux connaissances en laboratoire ainsi qu’aux outils utilisés dans cette ambiance de travail. De plus, les mises en situation sur des problématiques environnementales soumises par les professeurs, forment  l'élève afin qu’il comprenne l'approche écosystémique (dans le domaine halieutique et floristique surtout), le vocabulaire scientifique et les interactions des activités humaines avec Dame nature dans le but de faire la promotion pour un environnement durable.

Cette formation m'a permis de poursuivre des études universitaires  et m’a donné le goût de travailler pour des projets pilote, au sein d’une Chaire de recherche sur des thèmes comme le réchauffement climatique (bio-indicateur, physico-chimie des océans...) qui prend de plus en plus d’ampleur.

Finalement, si vous voulez investir votre énergie dans la résolution, l'innovation à certains problèmes reliés à l'utilisation des ressources naturelles de nos générations futures alors le cégep de Baie-Comeau vous donnera le goût de poser votre propre pierre.

"Lorsque l'eau respire, cela s'appelle la mer, et la terre écoute..." (Lionel Ray, 2005)    
    
Laurent Fraboulet

Retour en haut de page

Olivier Maurais

 

Bonjour,

Mon nom est Olivier, «Yéti» pour les TACH. Je suis de la région de Drummondville.  À l’automne 2001, je commençais le programme de TACH au Cégep de Baie-Comeau.  À l’époque, le plein air et la pêche étant mes principaux intérêts, je voulais toutefois élargir mes horizons dans le domaine. Dès le départ, j’ai vite compris qu’en entrant dans ce programme tu devenais membre d’une grande famille.

Pour réussir avec succès, les collègues de classe étaient d’une importance capitale.  Non seulement les professeurs connaissaient les matières enseignées, mais aussi plusieurs collègues de classe venaient de différentes régions du Québec.  Dès leur arrivée, ils avaient donc un bagage étonnant de connaissances en chasse, en pêche ou autres et plusieurs liens se sont tissés en quelques semaines seulement.

Au cours de mes trois années d’étude, je retiens de multiples expériences dans mon domaine. À titre d’exemples : le frai artificiel, l’inventaire d’oiseaux, la pêche expérimentale, la pêche à la mouche, la chasse et la botanique.  Toutes ces expériences m’ont ouvert des portes dans plusieurs domaines d’emplois déjà.  J’ai travaillé dans une pourvoirie, comme assistant à la recherche et aquaculture. Avec ma formation, j’ai pu pousser plus loin mes intérêts.

Aujourd’hui, je travaille comme technicien en aquaculture à la pourvoirie Fairmont Kunauk à Montebello.  Mes tâches sont très variées : élevage de poissons, environnement, vente de poissons, rapports mensuels, guide de pêche à la mouche, entretien et aménagement de sentiers.  Je demeure sur place à la pourvoirie donc je peux profiter pleinement du territoire tout au long de l’année.  Tous ces avantages, je les dois à mes études, car sans mon cours en TACH je n’aurais jamais même pu penser à me présenter pour cet emploi.

Je me permets de donner un conseil aux futurs diplômés soit de porter une attention particulière à l’apprentissage de l’anglais, car avec cet atout, ça permet d’ouvrir plusieurs portes.

Bonne chance à tous.  Yéti (2001-2004)

Retour en haut de page